Get Amazing Stories

Get great contents delivered straight to your inbox everyday, just a click away, Sign Up Now.
Adresse email
Prénom
Publié le 9 mai 2016

Vacances en France, Vacances Intenses

Ah les vacances en France…  Ce pays qui est si familier mais qui n’est pourtant plus chez nous…
Avant la naissance de notre puce, je ne me voyais pas spécialement rentrer en France pour des vacances, car – au risque de me répéter- la liste des choses que je veux découvrir ici aux USA est tellement longue que je préfère garder mes sous et mes jours de vacances pour essayer de rayer quelques villes/États de ma « to-do list ». Mais depuis l’arrivée d’Olivia, l’idée d’un séjour en terre natale me séduisait quand même un peu. J’avais envie de la présenter à nos proches et que nos proches fassent sa connaissance.

Loïs devait être envoyé en formation en Allemagne pour 3 semaines en février, son billet devait donc être payé par l’entreprise, il n’aurait resté que le mien (et les fameux 10% pour Olivia) à financer. Ça résolvait en partie l’aspect « argent ». Et puis n’ayant pas encore repris le travail, je ne puiserais pas non plus dans mes jours de congés payés. Mais ce cas de figure « idéal », c’était avant que la formation de Loïs soit annulée, et que du coup on se retrouve à payer deux billets plein tarif. Bref, ne nous attardons pas.

Olivia et moi sommes rentrés en France pendant plus de 5 semaines (40 jours très exactement) entre mi février et fin mars. Loïs nous y a rejoint au bout de 3 semaines.


Le voyage

A l’aller, je voyageais seule avec Olivia, ce qui ne m’inquiétait pas outre-mesure. Je m’étais préparée, j’avais reçu pleins de bons conseils (merci encore!) et puis je ne suis pas d’un naturel anxieux de toutes façons. On voyageait avec Delta (ma compagnie préférée) et notre itinéraire était Portland- Amsterdam-Lyon. On m’avait assurée que je pourrais prendre la poussette et le cosy avec moi jusqu’à la porte de l’avion et qu’ils me seraient rendus avant que je sorte de l’avion donc c’était parfait. On m’avait aussi informée que je pourrais également demander un « couffin » à la porte d’embarquement, me précisant que ce serait sur la base du premier arrivé, premier servi… Et ben moi je suis arrivée deuxième, donc pas de couffin. Mais fort heureusement, le vol n’était pas plein (loin s’en faut) et l’hôtesse a eu la gentillesse de me donner un siège supplémentaire sur lequel j’ai pu installer le cosy. Et puis comme il n’y a pas eu de passagers sur le 3e siège, on a donc eu la rangée pour nous deux! Le premier vol a duré un peu plus de 9 heures, Olivia a dormi environ la moitié du temps (par morceaux de 1h) et le reste du temps elle a vraiment été super sympa et n’a pas pleuré une seule fois. J’avais aussi emmené le porte-bébé et l’ai pas mal portée ce qui a aussi beaucoup aidé. Le deuxième vol était plus court (1h30), mais totalement plein et l’avion était bien plus petit donc moins d’espace pour bouger. Heureusement les deux messieurs assis à côté de nous étaient très sympas et m’ont pas mal aidé. Elle a pris le biberon au décollage, s’est endormie en cinq minutes et ne s’est pas réveillée jusqu’à ce que l’avion pose les roues sur le tarmac!

Au retour, Loïs était avec nous et je m’étais imaginé que ce serait donc plus facile… mais ce ne fut pas vraiment le cas. Olivia était beaucoup plus excitée qu’à l’aller, elle n’a dormi que deux heures sur les dix du vol transatlantique. Loïs et moi nous sommes relayés pour l’occuper, la balader, essayer de l’endormir et on ne s’en est pas trop mal sorti finalement.

3 semaines à Grenoble

Olivia et moi avons donc passé les 3 premières semaines de notre séjour à Grenoble, ma ville natale.

Chaque retour me fait le même effet: l’impression que rien n’a changé, que je suis partie hier… Cette fois par contre, j’ai ressenti quelque chose de nouveau. Un sentiment d’oppression à cause des montagnes que j’ai trouvé anormalement proche de la ville. Je ne me rappelais pas de cette proximité. Et puis j’ai eu froid aussi, très froid. Autant les hivers sont pluvieux et humides à Portland, autant les températures ne descendent jamais en dessous de 8 ou 10 degrés. A Grenoble, les températures étaient basses et il faisait super sec… Et le plus embêtant c’est que je n’étais pas du tout équipée pour habiller Olivia chaudement… Un des gros avantage d’avoir une nièce du même âge, c’est que ma sœur a pu nous prêter des affaires :).

Nous avons logé chez mes grands-parents maternels qui ont une grande maison et pleins de chambres vides. Ma maman, qui vit vers Narbonne, était venue pour l’occasion et logeait avec nous. Nous avons pas mal vadrouillé pour essayer de voir tout le monde (chose que nous n’avons pas réussi à accomplir) mais c’était confortable d’avoir un pied-a-terre, de pouvoir déballer les valises et avoir un semblant de repères.

Malgré toutes ce chamboulement et nos escapades quotidiennes, Olivia a été adorable. Oui c’est ma fille et non je ne suis pas objective me direz-vous, mais c’est vraiment un bébé facile, elle n’a presque jamais pleuré et avait toujours le sourire!

Quelques jours avant de rentrer en France, j’avais réalisé que ma maman et ma sœur, bien que nous skypions souvent, seraient surement perçues comme des « étrangères » par Olivia qui ne les avait jamais vues « en vrai ». Et en effet les premiers jours ont été un durs pour elle, elle ne me voulait que moi et s’inquiétait assez vite dès qu’elle ne m’avait plus dans son champs de vision. Rien d’anormal me direz-vous, vu que j’étais à peu près son seul repère (à l’exception de quelques jouets que j’avais emporté avec nous).

A côté de ça elle a adoré passer du temps avec ses cousines, et c’était vraiment sympa de la voir se jeter affectueusement sur Chelsy, sa cousine d’un mois et demi de plus qu’elle, de les voir interagir ensemble. Ma grande nièce Chiara était également enchantée de passer du temps avec Olivia, une vraie petite maman!


Loïs arrive, départ pour l’Alsace

Loïs est arrivé à Lyon, trois semaines après que nous l’ayons quitté. Là aussi je me suis demandée comment Olivia allait réagir… Quand il est arrivé, elle l’a regardé et l’a un peu snobé genre « je t’ai vu mais je regarde ailleurs, je suis occupée là »… Mais il n’a pas fallut très longtemps avant que cette froideur apparente s’estompe et que Olivia ne lâche plus son père.

Grenoble avait été intense parce que je n’avais pas eu beaucoup de temps pour me poser et me reposer entre deux retrouvailles. L’Alsace a été encore plus intense mais pour différentes raisons.

Nous avons mis le cap pour l’Alsace, Mulhouse tout d’abord, chez la sœur de Loïs parce que géographiquement plus proche de Lyon. Olivia a là aussi fait connaissance de ses cousins et cousines, Marlène et Lubin, des jumeaux de 3 ans et demi. Nous y sommes restés 4 jours avant d’entamer un « Tour d’Alsace »  lors duquel nous changions d’endroit tous les deux jours. Et ça…. ce fut E-PUI-SANT. Décharger la voiture, défaire les valises, refaire les valises, s’assurer de ne rien oublier, recharger la voiture….

Au bout de cinq jours, et la fatigue aidant, je suis tombée malade, ce qui m’a valu une visite chez le médecin… Ça m’a fait tout bizarre d’être chez un médecin en France… presque trois ans que ça ne m’était pas arrivé! C’était le toubib de la grand-mère de Loïs et fort heureusement elle voyait les patients sans RDV. Du coup on y est allé tous les trois car je voulais m’assurer que je n’avais pas contaminé Olivia. Rien de grave, mais une bronchite-trachéite dont j’ai mis 3 semaines à me débarrasser.

Cela ne nous a tout de même pas empêché de finir notre tour et d’honorer toutes les invitations reçues.


le bilan des vacances en France

Lors de mon passage en France en juin 2015, j’avais écrit un article « bilan ». Peu de choses ont changé par rapport à ce que j’évoquais à l’époque. Il y a toujours des crottes de chiens partout sur les trottoirs, l’odeur très désagréable de la cigarette et des échappements, une ambiance générale un peu morose. Voici par contre ce que je n’avais pas expérimenté la dernière fois:

  • L’attente interminable chez le médecin (j’ai eu un RDV médical pour mon anneau, rdv que j’avais programmé plusieurs mois avant mon retour – j’ai attendu 1h25)
  • L’absence du sens du service chez beaucoup de commerçants (pas tous mais beaucoup)
  • La frustration de devoir toujours avoir du liquide sur soi, ne serait-ce que pour le chariot à l’aéroport et à Carrefour…
  • Le fait de changer d’endroit si souvent en Alsace a été assez fatiguant. A refaire, nous choisirons un seul pied-à-terre pour alléger la logistique.
  • Les cafés super serrés des restaurants qui me font mal au ventre. Vive le jus de chaussettes américain!

Mais il y a aussi eu des moments supers:

  • Le plaisir retrouvé des bons petits plats de chez nous… j’ai fait une cure intensive de fromages, chocolat et bonbons
  • Nous, avons été super gâtés, par tout le monde. Des cadeaux, des moments chaleureux, de superbes attentions, de bons petits plats….
  • Le bonheur de présenter Olivia à nos proches, et réciproquement; de voir Olivia jouer avec ses cousins/cousines, se faire câliner par ses grands parents et même ses arrières grands parents, par ses tantes et oncles…
  • Revoir ses ami(e)s, et avoir le sentiment de les avoir quittés la veille (ou presque)

Après cinq semaines de vadrouilles en France, je mentirais si je disais que je n’étais pas contente de retrouver notre « confort » et notre routine. Comme vous l’avez peut-être vu sur Instagram, nous avons trouvé une météo splendide à notre retour à Portland… ce qui a indéniablement facilité la transition et le retour! Pour finir, Merci à tous ceux qui me lisent et qui ont de cette visite un moment très agréable!


Article publié par Laëtitia

Originaire de Grenoble, je suis à mi-chemin entre les trente et quarante bougies. Mon mari et moi sommes arrivés à Portland (Oregon) en septembre 2013, et sommes les heureux parents d’une petite franco-américaine, Olivia, née en 2015. Je suis l’auteur et la photographe de ce blog que j’alimente dès que j’en ai l’occasion. J’ai la chance d’exercer un métier qui me passionne, à savoir, Responsable Evènementiel.

5 commentaires

  • Je partage ton point de vue : rentrer en France pour les vacances, ça a toujours un côté méga épuisant ! Du coup, j’imagine qu’avec un bébé, ça doit l’être encore plus. Xx

    • Auteur

      Oui c’était pas de tout repos pour sur, mais super contente de l’avoir fait néanmoins! Je me suis reposée à mon retour 🙂 xoxo

  • Ah oui en effet, ça n’a pas du être de tout repos!!! Je compatis pour la bronchite, j’ai fait bronchite + pneumopathie et ça m’a duré tout février et mars (et pourtant moi j’ai pas changé de climar, lol!)
    J’adore la photo d’Olivia sur le lit avec la licorne, elle a une bouille de coquine

    • Auteur

      Merci Corinne, cette photo c’était dans un AirBnB et on a adoré la licorne 🙂

  • It was so great to see you three! I’m glad you had a great time. Having your grandparents’ place in Grenoble is a real treasure. (I have no places to stay in NY. I am still impatiently waiting to revisit..)
    I hope you come back to visit soon! I wish I could see Olivia more while she’s still little. xo
    P.S. Beautiful photos

Laissez-moi un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

ABONNEZ VOUS À LA NEWSLETTER !

Inscrivez-vous dès aujourd'hui et recevez une fois par mois un résumé de nos aventures, des anecdotes et actualités insolites, des bons plans...
Adresse email
Prénom
Secure and Spam free...