Get Amazing Stories

Get great contents delivered straight to your inbox everyday, just a click away, Sign Up Now.
Adresse email
Prénom
Publié le 11 avril 2017

Voyager en avion avec un bébé aux USA

Je vous l’annonçais sur l’article récapitulatif de notre road trip, nous avons appris beaucoup de ce que représente voyager avec un bébé. Nous n’en étions pourtant pas à notre coup d’essai car depuis qu’elle est née, nous avons déjà emmené Olivia en France, dans le Colorado pour 4 jours et également dans la Baie de San Francisco pour la même durée. Soit 10 vols à notre actif, pour des durées comprises entre 1h30 et 10h sur les compagnies Delta, KLM, Alaska et Frontier.

Du coup, j’ai pensé que notre expérience et conseils pourraient intéresser des parents qui s’apprêtent à voyager aux USA avec un enfant en bas âge (0-2ans). Je précise en bas âge parce que je pense que les « conditions » sont différentes selon que votre enfant ait 6 mois ou 6 ans.

Ce premier volet parle plus spécifiquement du voyage en avion, et j’aborderai, dans un deuxième volet, le thème du road trip (voiture, hôtel, etc)


avion avec bébé: ce qu’il faut savoir

presque gratuit pour les moins de 2 ans

Tout d’abord si vous ne le saviez pas, les enfants de moins de deux ans peuvent voyager presque gratuitement sur les vols, à conditions qu’ils soient installés sur les genoux de leurs parents, autrement dit, ils n’ont pas de siège réservé pour eux. Je dis « presque » gratuitement car en réalité vous devrez payer les différentes taxes (aéroport et autres). Le prix est variable mais je dirais autour de 200€ pour un A/R transatlantique. Néanmoins libre à vous de lui acheter son propre billet si vous préférez avoir plus de place. A partir de 24 mois, cet avantage expire et vous aurez l’obligation de payer pour son siège. Il existe certes un tarif enfant, mais généralement c’est à peine moins cher qu’un billet adulte.

En semaine, vol moins plein

Une autre astuce que j’ai pu remarquer à travers mes nombreux voyages (pas uniquement ceux avec Olivia), c’est que les vols des mardis, mercredis et jeudis, sont souvent bien moins pleins que les vols des autres jours. En février 2016, j’avais voyagé seule avec elle vers la France. Nous avions pris l’avion un mercredi, et le vol était à moitié rempli. Je n’avais pas obtenu de berceau (voir plus bas), mais l’hôtesse m’avait gracieusement offert un siège supplémentaire et autorisé à prendre le cosy avec moi pour y installer Olivia. Donc si vous le pouvez, essayer de décaler votre départ de quelques jours, ça pourrait s’avérer bénéfique.

Contrôle de sécurité

Le contrôle de sécurité sera légèrement différent en voyageant avec bébé, de ce que nous avons pu expérimenter. Le parent qui porte l’enfant ne passe pas dans les gros scanners, mais seulement sous le portique avec l’enfant dans les bras. Généralement, ce contrôle s’accompagne d’un test pour détecter de potentiels traces d’explosif. Vous savez ces petits bouts de tissus blanc qu’on vous frotte sur les mains et qu’ils insèrent ensuite dans une machine. Celui qui m’avait valu une fouille intégrale. Les affaires de bébés (lait, liquides etc) sont également testés dans une machine. Pendant ce temps, la poussette aussi est examinée. Si votre conjoint voyage avec vous, il sera soumis au contrôle de sécurité standard auquel ont droit les autres passagers. A noter que le processus peut prendre plus de temps qu’à l’accoutumée.

prioritaires pour embarquer

Quand on voyage avec un enfant de moins de deux ans, on fait également partie des cas prioritaires pour embarquer. C’est un avantage non-négligeable puisque vous serez parmi les premiers à rentrer dans l’appareil. Cela vous garantira suffisamment de place pour vos bagages dans les casiers, et vous permettra d’avoir le temps de vous installer confortablement avant le départ! A votre arrivée au gate, approchez vous de la porte pour être prêts quand on vous proposera d’embarquer.

Aidez les oreilles de votre enfant : faites-le boire

Surtout pour les nourrissons et petits bébés. En raison de la pression au moment du décollage puis à la descente, il est vraiment très important de faire boire bébé (eau, lait etc). Cela déclenche une déglutition qui soulage les oreilles et qu’ils n’auraient pas le réflexe de faire eux-mêmes.

Astuce FFAP: si vous pensez donner un biberon de lait maternisé, attendez vraiment le dernier moment pour mélanger l’eau et la poudre. Votre biberon n’étant « bon » que pendant 1h, et le décollage étant parfois retardé, gérez bien votre timing!

Planifier et réserver ses vols

le trajet

J’en parlais il y a quelques jours avec de jeunes parents qui prévoient de venir dans l’Ouest l’an prochain. Personnellement quand je voyage avec Olivia, que je sois seule ou avec Loïs, je choisis toujours le temps de trajet total le plus court, et cela implique souvent le(s )vol(s) le plus direct.

Si vous venez de France, votre voyage sera de 6-7 heures minimum pour traverser l’Atlantique, voire beaucoup plus selon où se trouve votre destination finale aux USA. Quoiqu’il en soit, c’est déjà bien assez long et fatiguant pour vous comme pour votre enfant donc autant écourter ce moment au maximum. C’est pour cela que je ne recommande pas les escales qui viseraient à « couper » le voyage. Plus vite j’ai retrouvé un semblant de confort et de routine, mieux je me porte.

Par ailleurs, voyager avec un bébé requiert quand même un peu de logistique et d’équipements (voir ci-dessous). Privilégier le trajet le plus direct c’est aussi éviter d’avoir à gérer le boarding, la poussette, l’installation (et tout ce qui va avec) plusieurs fois. Je préfère m’installer une fois pour toute à bord de l’avion et ne plus avoir à gérer mes affaires. Par ailleurs, j’ai tendance à penser que plus on multiplie les vols, plus le risque de retard, de bagages égarés et autres inconvénients augmente.

Il n’est toutefois pas rare d’avoir à faire au moins une escale, en Europe ou aux USA. Si tel est le cas, et qu’un choix vous ait donné, pensez à prendre en compte le facteur météorologique dans votre parcours. Si vous envisagez de voyager pendant l’hiver, évitez – si possible- de connecter par une ville de la côte Est. Les tempête de neige ne sont pas rares et créent -quasi systématiquement- de nombreuses annulations et retards de vol. Et croyez moi, c’est vraiment le scénario que vous ne souhaitez pas expérimenter!

Le choix du siège

Y a-t-il une localisation idéale? A éviter absolument? Je ne sais pas s’il y a une réponse universelle a cette question. Certaines personnes ne supportent pas d’être côté fenêtre, d’autres côté couloir. Alors le premier critère de choix serait sûrement votre préférence personnelle. Si voyager près du hublot vous angoisse, ce ne sera bénéfique ni pour vous ni pour l’enfant. Lorsque je voyage seule, je ne jure que par le siège fenêtre, mais quand je voyage avec Olivia, je préfère largement un siège couloir. Je trouve que c’est bien plus pratique de pouvoir se lever et bouger avec elle. C’est encore plus vrai depuis qu’elle marche. Elle voulait marcher et se balader, donc ne pas avoir à déranger une personne à chaque fois était appréciable.

Par ailleurs, j’aime aussi privilégier les sièges les plus près de l’entrée de l’avion pour plusieurs raisons. Tout d’abord, j’ai moins à marcher dans l’avion avec mes bagages et le bébé et je suis donc plus vite « installée ». Ensuite, parce que je suis dans les premières à être servie (boisson et repas) et cela est valable que je voyage avec ou sans Olivia. Enfin par ce que le fond des avions est plus bruyant et c’est aussi là que sont situés les WC. Cela implique deux choses: d’abord c’est le va et bien continuel, mais surtout la chasse d’eau fait un bruit d’enfer. Donc quand vous aurez enfin réussi à endormir bébé, vous voudrez sûrement un « environnement » le plus calme possible. Par ailleurs, si vous avez choisi un siège couloir, plus loin vous vous trouvez dans l’avion, plus vous allez avoir de passage de gens se rendant justement aux WC et donc de potentielles bousculades etc.


Équipement et logistique

Poussette

La plupart des compagnies aériennes vous permet de voyager gratuitement avec votre poussette jusqu’aux deux ans de l’enfant, parfois plus tard. En général,  vous avez l’opportunité de la garder avec vous jusqu’au moment de rentrer dans l’avion. A ce stade, il vous faudra la plier et la laisser sur le côté. Normalement on vous la ressort et remet à disposition au même endroit rapidement après que l’avion soit stationné. Ça a été le cas pour nous sur tous les vols et avec toutes les compagnies avec lesquelles nous avons voyagé. Néanmoins, cela ne coûte rien de revérifier avec votre compagnie aérienne pour de ne rien laisser au hasard et être mieux préparé.

cosy et Siège auto

Il est fort probable que vous souhaitiez emporter votre siège auto avec vous. Selon l’âge de votre enfant, vous utilisez soit un cosy, soit un siège auto plus conséquent. Les raisons pour lesquelles vous pourriez souhaiter transporter votre propre siège peuvent être les suivantes:

  • vous vous servez du cosy sur la poussette,
  • parce que bébé est habitué à son siège et vous aussi
  • parce que cela vous économisera la location d’un siège sur place (que vous arriviez aux US ou que vous alliez en France).  Pour ce dernier point, j’ai fait des simulations chez plusieurs loueurs et le montant reste assez abordable selon moi, souvent plafonné à 40/60 $ ou € par location.

Si vous utilisez un cosy, vous pourrez, au même titre que pour la poussette, l’avoir avec vous jusqu’à l’entrée de l’avion (même dans l’avion – dans certains cas- comme je vous le disais plus haut). Toutefois si vous utilisez un siège auto plus gros, on vous demandera de l’enregistrer en soute – gratuitement- et croyez moi, vous serez sûrement ravis de vous en débarrasser le plus vite possible. Ce n’est vraiment pas léger!!

Pour ce qui est de la base (socle) tous nos sièges autos pouvaient s’attacher simplement avec la ceinture donc nous avions fait le choix de ne pas l’emmener avec nous. A moins que ce ne soit pas le cas du votre, épargnez-vous son transport… vos mains seront déjà bien pleines!

bassinet / Couffin

Au moment de votre réservation, et selon les compagnies, vous aurez peut-être la possibilité de réserver un couffin qui s’installe comme montré dans cette vidéo dès que l’avion a atteint son altitude de croisière. Un confort supplémentaire à ne pas négliger. Néanmoins cette option vient avec quelques variables, et il n’y en a que deux ou trois par avion . Les conditions d’obtention sont différentes sur chaque compagnie. Sur Delta, on m’avait dit que la demande se faisait à la porte d’embarquement et sur la base du premier arrivé, premier servi. Malheureusement pour moi j’étais arrivée trop tard et ne l’avais pas obtenu. Mais puisque le vol était à moitié plein, l’hôtesse m’avait gentiment offert un siège pour Olivia et la possibilité de conserver le cosy avec moi à bord de l’appareil.

table à langer

A ma connaissance tous les avions possèdent au moins un WC avec une table à langer pour bébé. N’ayez donc aucune inquiétude de ce côté là, vous n’aurez pas à le changer sur vos genoux, et ceci pour le confort de tous: vous, bébé …et vos voisins!

Bagages et sac à langer

En plus du matériel cité ci-dessus, vous aurez également le droit de prendre un bagage en soute pour votre enfant, ainsi qu’un sac à langer (ou autre type de bagage à main) pour votre enfant. Mon conseil si vous voyagez seul(e), essayez de limiter le nombre de bagages autant que faire se peut. Au risque de me répéter : vous allez être déjà bien chargé(e).

que prendre avec soi a bord?

Voici ma liste des indispensables à avoir avec soi dans l’avion:

    • biberons / sippy cup / tasses
    • lait maternel / lait maternisé, jus de fruits*
    • médicaments, le cas échéant*
    • un verre doseur de lait maternisé (super pratique en avion) – Celui que j’utilise : Philips AVENT Powder Formula Dispenser and Snack Cup, Pink
    • couches et lingettes
    • 1 voire 2 tenues de rechange pour bébé
    • un set de rechange pour vous
    • petit sac poubelles – Mes préférés – j’en ai toujours sur moi: Munchkin sac pour couches usagées
    • petite couverture
    • un linge de ce genre Baby Receiving Blankets
    • un porte-bébé. Moi j’utilise le Onya (et je l’adore) mais il en existe pleins d’autres très bien.
    • doudou(s) / jouets / livres – Lors de mon 1er voyage avec Olivia, une amie nous avait offert ce super Livre Indestructible: Baby Faces. Elle l’a beaucoup manipulé mais il a résisté, et c’était une bonne distraction!

* Ces articles peuvent être pris a bord de l’avion sans problème. Ils seront testes (voir plus haut) mais parfaitement autorisés. Je dois avouer que j’ai un gros doute quant à l’eau. J’ai vérifié le site de la TSA et ce ce n’est pas explicitement mentionné. Au pire ils jetteront votre bouteille et vous pourrez en acheter une après avoir passé la sécurité. Néanmoins j’ai voyagé avec des boites entières de lait maternisé sans problème. Ils sont exempts de limitation, tout comme les jus de fruit et le lait maternelle. Il est même possible d’emporter des ice-packs pour converser les biberons frais. Pour en lire plus – page consacrée de la TSA.

Mes derniers petits conseils

Soyez zen

Je suis d’un tempérament assez serein et optimiste. Je ne me soucis jamais vraiment à l’avance de scénarios qui pourraient se produire. C’est un gros avantage, je le reconnais. Alors c’est sûrement plus facile à dire qu’à faire… Néanmoins, je ne peux que vous inviter à rester le plus zen possible. Votre voyage se passera mieux si vous parvenez à être détendue. Les bébés sont très sensibles à l’humeur de leur parents et votre stress pourrait être communicatif. Je n’ai pas de méthodes miracles mais je suis sûre que vous saurez trouver quelques trucs et astuces pour aborder ce voyage sereinement.

Parlez de votre voyage à votre enfant

Je suis une grande prêtresse de la communication. J’ai la conviction que les bébés comprennent bien plus que ce qu’on a tendance à penser. Pendants les quelques jours qui précèdent votre voyage, parlez-lui de votre voyage avec vos mots, comment ça va se passer, rassurez-le sur ce nouvel environnement qu’il va découvrir. Le jour J, n’hésitez pas non plus à lui expliquer les différentes étapes, au fur et à mesure que votre voyage progresse.

Prévoyez plus de temps

Comme vous l’avez peut être compris au fil de cet article, voyager avec un bébé requiert un peu plus de temps que lorsque l’on voyage seul.  Et pour vous éviter du stress (voir ci-dessus), soyez sûre de prévoir suffisamment de temps pour franchir chaque étape de votre voyage dans les meilleurs conditions possibles. En plus de tous les points abordés ci-dessous, n’oubliez pas que vous pourrez avoir besoin de changer une couche, acheter des snacks, aller aux toilettes vous-même… En outre, certains aéroports sont réputés pour être plus lents que d’autres. Mon conseil serait de vous y rendre 2h30 à 3h avant votre vol (la norme est souvent de 2h avant pour les vols internationaux).

Le porte-bébé, votre meilleur allié!

Je ne peux insister assez sur l’importance d’avoir un bon porte bébé, non pas parce que je veux pousser à la consommation mais vraiment parce que ça vous facilitera grandement la vie. Je mets Olivia dedans des que je sors de la voiture sur le parking de l’aéroport et je ne le quitte plus jusqu’au moment de m’installer dans l’avion. Cela me permet d’avoir mes deux mains libres, ce qui n’est jamais de trop. J’utilise souvent la poussette pour mettre le sac à langer et autres bagages à mains que je transporte.

En plus d’être super pratique, le porte bébé vous donnera un confort non négligeable. Portez le bébé à bout de bras constamment va vous fatiguer plus vite. Même dans l’avion, si bébé a besoin d’être baladé et bercé, ce sera mieux pour votre dos de le mettre dans le porte-bébé. Ça a aussi très certainement un côté rassurant pour bébé (surtout petit) d’être contre vous, sentir votre odeur et entendre vos battements de coeur. Last but not least, si bébé dort dans le porte-bébé, vous pourrez peut être en profitez pour faire un petit somme vous aussi… sans risquez de « le faire tomber ».


Dans un prochain article, je partagerai avec vous mes conseils pour occuper un bébé ou enfant lors de trajet, en avion, voiture etc… En attendant j’espère que cet article vous sera utile!


Si vous prévoyez de voyager en avion avec un bébé prochainement, avez-vous d’autres questions que je n’ai pas abordé? Si vous en avez déjà l’expérience, auriez-vous ajouter des conseils?


Article publié par Laëtitia

Originaire de Grenoble, je suis à mi-chemin entre les trente et quarante bougies. Mon mari et moi sommes arrivés à Portland (Oregon) en septembre 2013, et sommes les heureux parents d’une petite franco-américaine, Olivia, née en 2015.
Je suis l’auteur et la photographe de ce blog que j’alimente dès que j’en ai l’occasion. J’ai la chance d’exercer un métier qui me passionne, à savoir, Responsable Evènementiel.

18 commentaires

  • Beaucoup de renseignements. Pour le choix de l’emplacement : couloir impératif ! Et éviter le fond de l’avion, encore plus froid que le reste. Les compagnies Anglaise ou Américaine climatisent beaucoup trop les vols. Couvrez vous, bonnet pour bébé

    • Auteur

      oui j’ai essayé de faire un article le plus complet possible. J’espère que ce n’est « too much » ? Tout est mega climatisé aux US, les avions n’y font pas exception lol 😉

  • Merci pour ton article très complet! Malheureusement on ne peut pas vraiment dire que l’avion soit gratuit pour les moins de deux ans, nous en avons fait les frais… Pour les vols long courrier sur toutes les compagnies, il faut payer 10% du prix du billet adulte plus des taxes, soit rarement en dessous de 100$ pour un vol NYC Paris. J’ai la chance de me faire payer la classe business dans un mois par le boulot mais du coup le billet bébé me coûte la modique somme de…650$ aller retour!! La blague quand on au final il n’y a aucun service supplémentaire pour le bébé qui est sur les genoux et ne mange pas encore!

    • Auteur

      Coucou Floriane et merci pour ton message. En effet, le billet n’est pas totalement gratuit et c’est d’ailleurs ce que je mentionnais dans cette rubrique de l’article, j’espère que je n’ai induit personne en erreur 😉 Nous avions payé $200 environ pour faire Portland-Lyon avec Olivia l’an dernier.
      Le prix du billet de bébé pour la première classe est sacrement onéreux dis donc… ca gâcherait presque le plaisir, non?

  • Ton article est très complet, mais j’ai un ajout à faire, si cela t’intéresse : on ne peut pas voyager avec tous les cosy ou siège auto, il faut qu’ils soient FAA approved. Toutes les compagnies ne vérifient pas que ton cosy ou siège auto le soit, mais s’ils vérifient au checking et que ce n’est pas le cas, ils ne te laisseront pas monter avec dans l’avion. Ca m’est arrivé avec BA.

    • Auteur

      Merci beaucoup Caroline, pour le compliment et l’ajout tres interessant et utile. Je vais éditer l’article avec ta contribution si c’est ok pour toi. Encore merci!

  • Oui je suis bien d’accord, si j’avais su j’aurais peut-être fait autrement

  • très complet ! merci pour les conseils !

  • Merci !Plein de bons conseils et astuces. J’ai hâte de lire la suite sur comment les occuper

  • Conseils d’une grande sagesse que j’approuve (venant de terminer hier un voyage de 20 heures avec un bébé de 18 mois : Tokyo-Milan-Luxembourg).

    Sur le vol Milan-Tokyo (allé), nous étions dans la première rangée devant le mur de séparation entre deux compartiments class éco, donc juste à côté des toilettes. Le bruit n’était pas génant (compte tenu du bruit normal d’un gros porteur, quasiment inaudible) et pas ou très peu d’odeurs, mais un avantage énorme : la place pour les pieds et pour permettre à bébé de marcher devant nous sans être dans l’allée.

    • Auteur

      Merci beaucoup pour ton message et ton soutien a cet article 😉
      Oui c’est vrai qu’il y a de la place pour les jambes derriere les cloisons et ca fait du bien de pouvoir s’étendre un peu!

  • Merci pour cet article très instructif.

    Comme je l’avais indiqué dans mon commentaire sous l’article du road trip,pourriez-vous donner des conseils sur l’alimentation aux US pour une petite fille de 18 mois en septembre, ça me panique un peu de ne pas trouver des choses assez « saines ».

    Et également des conseils sur le lait maternisé aux US, quels sont les meilleurs etc?

    Merci infiniment pour toutes ces astuces (je n’aurai pas pensé au couloir plutôt qu’au hublot)

    • Auteur

      Hello Julie et merci pour ton message. Contente que cet article te plaise.
      J’avais bien noté tes questions dans le billet précédent et j’y réponds très très prochainement! Stay tuned!

    • Merci beaucoup! 🙂
      Désolée de la redite du commentaire 😉

    • Auteur

      absolument aucun probleme, tu as bien fait de le rappeler, ma memoire n’est pas toujours top!

  • Bonjour j’aurais aimé savoir comment faites vous pour faire dormir bebe pendant le vol. Le mien aura 15mois au moment du vol (vol de 10h) il ne dort pas dans les bras et il sera trop « lourd » pour le couffin… Merci pour votre super article!

Laissez-moi un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

ABONNEZ VOUS À LA NEWSLETTER !

Inscrivez-vous dès aujourd'hui et recevez une fois par mois un résumé de nos aventures, des anecdotes et actualités insolites, des bons plans...
Adresse email
Prénom
Secure and Spam free...